La place de la femme dans les sciences

La place de la femme dans les sciences

En 2018, les femmes ne représentaient que 28% de la communauté scientifique. 

Au niveau international, sur 137 pays seulement 32 ont un taux de 45 % d’emplois féminins dans le domaine de la recherche scientifique. 

Quelques chiffres 

La France compte actuellement 2 200 000 lycéens, la parité dans les filières scientifiques est presque respectée avec 46 % de filles et 54 % de garçons. 

Malgré un très bon niveau féminin dans les filières scientifiques en lycée, les études post BAC ne comptent que 37 % de femmes dans les filières scientifiques en université et 20 % de femmes dans les prépas. 

Dans le domaine des sciences humaines, les femmes sont plus nombreuses que les hommes et la parité en médecine et biologie est presque respectée, mais les femmes restent sous-représentées dans les matières comme les mathématiques et les sciences, ainsi que dans les écoles d’ingénieurs.

Les femmes et les prix scientifiques

Concernant les prix « classiques », les femmes sont sous-représentées. En effet, seulement 5 % des prix des Nobels ont été attribués à des femmes; la médaille Fields a d’ailleurs été remise pour la première fois à une femme, Maryam Mirzakhani en 2018. Certains grands groupes se battent pour faire évoluer le nombre de récompenses chez les femmes, en effet le prix L’Oréal Unesco a récompensé 275 lauréates depuis sa création en 1998.

Le combat des organismes

Le CNRS est l’un des premiers organismes à avoir créé et dédié une structure afin de faire progresser l’égalité professionnelle dans la recherche scientifique. Pour sensibiliser les employés et employeurs du CNRS, l’organisme a mit en place beaucoup d’actions de sensibilisation, mais aussi de conférences concernant l’importance de l’égalité homme/ femme dans le domaine scientifique. Ces actions, ont été bénéfiques puisqu’entre 2006 et 2016, le taux de directrices de recherche est passé de 23 % à 28 %.

Les avantages de la parité hommes/femmes

L’amélioration des soins médicaux est un enjeux majeur de notre société; la parité dans la recherche permettra de bénéficier de 300 000 chercheurs/euses supplémentaires.