Pénurie d'ingénieurs

Pénurie d'ingénieurs

Une étude de l’OPIIEC recense plus de 60 000 postes d’ingénieurs à pourvoir en 2021, mais les directeurs des écoles d’ingénieurs de France tirent la sonnette d’alarme et nous informent d’une pénurie de diplômés.

L’ingénierie en quelques chiffres 

Durant l’année 2018, les entreprises ont effectué plus de 53 000 recrutements (en France) dont 9 000 créations de postes. Dans les écoles d’ingénieurs françaises, il y a actuellement près de 140 000 ingénieurs et les organismes et écoles d’ingénieurs cherchent à atteindre un taux de 27 % de femmes. 

Le taux de recrutement dans ce domaine est de 87 % pour un BAC +4/5, et 77 % à la fin d’un diplôme d’ingénieur; De plus, 85 % des ingénieurs diplômés tout niveau sont en CDI. 

Difficulté de recrutement pour les postes d’ingénieurs

La demande d’ingénieurs fera un bon vers 2032, car en effet, une pénurie de 18 000 postes est à prévoir avec le départ en retraite des baby-boomers. Les structures ont du mal à recruter des ingénieurs qui sont pris d’assaut par les grands groupes en France et à l’étranger; ce qui laisse un grand vide pour le recrutement d’ingénieurs de PME et start-up. Cette pénurie provoque un coût pour les entreprises et engendre ainsi un manque à gagner de près de 500 millions à 1 milliard d’euros. La pénurie d’ingénieurs s’explique aussi par le fait que 58 % des étudiants préfèrent continuer leurs études plutôt que d’être recrutés après une formation de niveau BAC+2. 

La formation d’ingénieurs

L’une des pistes pour contrer cette pénurie d’ingénieurs est de rendre cette voie plus attractive au niveau des jeunes, mais aussi des femmes. Certains organismes ou regroupement d’écoles d’ingénieurs se sont déjà posé la question et ont mis en place des événements et supports comme par exemple le « Tournois Esport » ou encore une BD sur la vie d’un ingénieur. L’une des autres pistes pour le développement de l’apprentissage est de faciliter le recrutement en direct après BTS, DUT ou licence. Une autre piste serait de faciliter la reconversion des ingénieurs ayant 10 à 20 ans d’expérience et qui travaillent dans d’autres secteurs pour ainsi combler la pénurie en ingénierie.

Le domaine de l’ingénierie est un secteur en pleine expansion notamment avec l’évolution du numérique, ce secteur cherche à attirer de plus en plus de jeunes et de femmes, pour ainsi combler le déficit de recrutement.